Teignouse Cup 2017

May 28, 2017

 Christophe Le Bohec

 

Deux semaines après le super raid des p’tits bouchons, nous voilà de nouveau à l’ASNQ pour la Teignouse Cup qui s’annonce sympathique. La plupart des bateaux sont déjà mâtés, le club ayant gentiment proposé de les laisser sur place. D’autres arrivent, nombreux : nous serons plus de 100, dont 13 4000, 1ère flotte dans l’intersérie skiff.

 

Préparation des bateaux, briefing, il est temps de descendre les bateaux, mais ça bouchonne sur la cale ! En retard sur la plage, mauvaise surprise : la GV ne veut pas monter, le tissu étant déchiré sur 6-7cm au niveau de la ralingue. Changement de voile, mais trop tard pour disputer la 1ère manche. Une belle descente sous spi sur un bord pour s’approcher du comité, que du plaisir. En repartant au près nous constatons que dans la précipitation, la drisse de GV a été mal fixée et la voile est descendue de 30 cm. Avec le vent, impossible de la ré-hisser. Nous goûtons l’eau salée afin de régler le problème : grrrr qu’elle est froide ! Hisser dans l’eau n’est pas évident et me vaut 3 allers-retours à la nage le long du mât. Après 10min de bataille, nous voilà à nouveau à l’endroit.

 

Au près, c’est compliqué : grosses difficultés à border la GV (3 brins ça n’aide pas), à garder le bateau à plat, les virements ont du mal à passer. Deuxième descente extra, mais nous n’osons pas empanner, de peur de retourner à la flotte. Le vent monte et oscille, Edouard me dit que c’est sa première dans cet air là et est un peu impressionné par la puissance du bestio. 2e dessalage, nous décidons de rentrer et ne pas prendre part à la 2e manche. Point positif, les virements passent de mieux en mieux.

 

Sur le parcours, ça à l’air d’avoiner sous spi, les conditions sont parfaites pour les habitués, avec force 4 et une mer lisse. Trois manches sont envoyées, puis tout le monde rentre à terre : les visages semblent fatigués mais heureux.

 

Une annonce micro appelle 3 4000 pour le jury. A priori certains ont mal lu les IC, d’autres réclament : les tapas sauteront sur la 3e manche. D’autres ont oublié de fermer leur bouchon... Ça chambre joyeusement autour d’une bière. Les tauliers nous rassurent, Oliv’ nous raconte sa sortie galère à plus de 30 dessalages qui l’avait dégoûté du 4000 pour six ans. Ça nous conforte dans notre choix de rentrer sans courir.

Soirée conviviale comme d’hab, avec un barbeuc et force jus de citron. Des photos dossier circulent, moment de franche rigolade. On finit par se faire virer et nous rentrons à nos tentes.

 

Dimanche matin, la mise à disposition est reculée afin de permettre à certains d’aller voter. Suite aux difficultés de la veille, Gab nous prête un tensiomètre et Mika nous aide à régler le gréement : en effet, la quête est bien trop élevée, ça devrait aller mieux maintenant. Cette fois, nous ne nous faisons pas avoir et gréons en avance.

 

Avant le départ, nous galérons plusieurs fois bloqués face au vent. Départ en retard et à peine la ligne franchie, plouf à contre, pas eu le temps de rentrer dans le dévent. Chapeau (penser à mettre quelque chose en tête de mât la prochaine fois !), passage de ligne dans l’autre sens. La remontée au vent est laborieuse, ponctuée par un 2e dessalage : taquet de GV coincé. Edouard souffre sur le reaching, je m’éclate. La descente est super, l’empannage passe à l’arrache. Le 2e près, ça va mieux, nous sentons mieux le bateau. Cette fois par contre, l’empannage ne passe pas : sortie trop lofée et plouf. Affalage de spi dans l’eau, nous rejoignons l’arrivée sans spi. Petite victoire : nous sommes loin, seuls mais manche terminée. A peine 2min et ça renvoie. Nous n’allons pas jouer et choisissons de partir derrière. Rappel général, rebelote sur le 2e départ. Le près va de mieux en mieux, mais au 2e portant, l’empannage passe … presque. Plouf, affalage dans l’eau. A peine à l’endroit, joli soleil à 180°, re-plouf sans avoir le temps de comprendre ce qu’il se passe, juste vu la barre dans le coin avant de retourner à l’eau. Refroidis, la descente continue sans spi. A l’empannage, je fais passer la GV puis renvoi le spi, histoire de s’amuser un peu. Manche terminée avec un musto et le 300 en galère. Tous les autres remontent à la côte pour le raid, nous rentrons. Edouard est rincé mais a tenu 3h sur l’eau, bravo, ça va payer. Les lorientais sont aussi à la plage, dégoûtés : perte du pontet de chariot de foc. Réconfort mutuel autour d’un snickers (quel garde-manger le 4499), nous regardons le raid se lancer sans nous. Il est superbe mais long (presque 2h !), tactique aussi. De la terrasse, nous assistons à l’arrivée groupée des copains, jolie bagarre entre les six premiers ! Tout le monde est cuit.

 

1er apéro où quasi tous les 4000 sont présents, Danielle et Judicaëlle nous ont rejoint (avec du ravitaillement), ça refait le match (ou plutôt la régate), puis 2e apéro aux huîtres offert par le club.  Remise des prix du trophée Claude Lesage, gagné par des Vauriens devant tous les skiffs. Dîner des équipages copieux, tournées de citron vert, encore une belle soirée digne de l’ASNQ.

 

Le lendemain, changement de décor : après deux jours d’ouest, le vent est tombé et est passé à l’est. Quand même assez pour lancer des manches, mais c’est mou : satanés bas-haubans qui enquiquinent les équipiers. Dans le groupe de derrière, Marine prend une belle option et nous largue. Ça joue serré avec deux bateaux, le RS500 et Stephan nous fait un beau loupé à la bouée au vent (faut la laisser à bâbord ;-)) mais aura le dernier mot lors de la 2e descente. Nous hériterons de la cuillère de bois mais ça fait du bien de jouer avec les autres plutôt que de nager. Le vent tourne à droite, le parcours est remouillé et nous partons le couteau entre les dents. Enfin dans le match, ce sera notre meilleure manche, juste devant Mika. Devant, les frères Allix la claquent et les filles font deux fois 3. Ça marche dans le petit temps un 4000. Fin des manches (8 en tout avec un comité aux petits oignons), retour à terre, rangement des bateaux, remise des prix…c’est toujours trop court ces week-end ! Bravo à l’ASNQ pour cette magnifique organisation, merci les copains pour la bonne humeur et vivement le prochain à Préfailles.

 

Résultat ICI

 

Vous pouvez retrouver de superbes photos sur le site de Christophe Le Bohec (copier le lien si souci de redirection) : https://www.jingoo.com/public/report/2728283/listAlbum/

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

TAG "Fantôme" 2020

July 8, 2020

Une saison exceptionnelle - COVID 19

June 15, 2020

1/15
Please reload

You Might Also Like:

Classe 4000 France

Webmaster Thomas Retaillaud 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now